Expérimentation de l’espace
/ Espace de l’expérimentation

Titre : un jeu entre nous

L’année dernière, j’ai vu un spectacle intitulé « Chantier Poétique » au centre national de la danse. Dans une scène, la chrorégraphe brésilienne avait demandé à ses danseurs de faire danser leurs visages au lieu de leurs corps, ils montraient ainsi leurs émotions par le mouvement de leurs muscles faciaux et par le rythme de leur respiration. La puissance de leur énergie était très imprésionnante et m’a inspiré un projet de création : découvrir l’état psychologique d’une personne en observant son visage.

Au début, les modèles que j’ai invités ont surtout fait des grimaces devant mon appareil de photographie. Or je n’ai pas trouvé que mes prises montraient l’état psychologique de mes modèles. De plus, il y avait déjà eu un projet intitulé « Face2Face » dans lequel des artistes ont photographié des habitants en Israël et en Palestine. D’après des dossiers et documents y faisant référence, les artistes ont demandé aux habitants qui s’étaient portés volontaires de faire une grimace. Ils ont constaté que certains volontaires Israéliens ressemblaient comme des frères aux volontaires Palestiniens alors qu’ils n’appartenaient pas à la même famille et ne se connaissaient pas. Par la suite, les artistes ont développé les films en grand format. Ces grands formats de photo ont été collés dans la rue comme si les habitants Israéliens et Palestiniens, qui se ressemblaient, se regardaient en face à face.

Toutefois, la motivation de mon projet n’étant pas aussi claire que celui-ci, j’ai été obligée de réfléchir à la façon de le poursuivre. J’ai ainsi porté mon regard sur des objets de la vie quotidienne, et j’ai remarqué qu’avec le développement des outils informatiques, le téléphone portable est devenu un produit particulier. En outre, de plus en plus de gens font des photos en utilisant la fonction supplémentaire du portable. Par conséquent, des photos qui étaient jusqu’à présent conservées dans le portefeuille se retrouvent désormais souvent placées dans le dossier du portable. Ainsi, l’usage du téléphone a changé, il ne sert plus uniquement à téléphoner. De plus, alors qu’il s’agit d’un objet plutôt personnel, le téléphone portable peut servir à nouer de nouvelles relations. Ce phénomène m’interroge : dans la vie quotidienne, comment un petit objet aussi personnel peut établir de telles relations ?

A l’opposé de « face2face », les émotions véritables m’intéressent davantage que l’exagération contenue dans la grimace dont l’unique but est de faire rire, en revanche les masques de théâtre provenant de la Grèce antique expriment et reflète les émotions humaines que je recherche. Le regard entre les gens photographiés et les spectateurs joue un jeu de relation mutiple psychologique.

J’ai regroupé les gens en suivant les cercles sociaux de ma vie – mon copain, mes amis et mes camarades. Ils étaient conviés à participer à mon projet par une lettre d’invitation, ils âgissaient au gré de leur volonté. Evidemment, ils ne pouvaient plus prévoir ce qu’ils allaient faire pour mon projet. Néanmoins, ils devenaient les acteurs, et moi, j’étais la réalisatrice et l’actrice, qui faisait les photographies, les vidéos et la mise en scène.

J’ai pris vingt adjectifs exprimant des émotions. Il y avait vingt papiers colorés qui étaient coupés sous la forme de petites cartes. Les mots étaient notés sur les vingt petites cartes colorées, un même mot pouvant se trouver sur chacune des vingt couleurs. Par exemple, il y avait la carte rouge avec le mot « rageur », mais cet adjectif figurait aussi sur une carte bleu foncée, etc. Qu’est-ce que s’agit-il des couleurs avec des vocabulaires émotionnels ?

M. Vassily Kandinsky a exprimé son expérience intérieure de la peinture par l’intermédiaire des formes et des couleurs, ce n’était pas de simples idées abstraites, et il essayait de constater leur effet subjectif sur l’âme. Dans l’essai de Kandinsky « Du spirituel dans l'art et dans la peinture en particulier », la couleur a la capacité d’exprimer et de faire ressentir des sentiments.
L’émotion est le résultat d’une réaction dans une situation personnelle, mais aussi elle est conservée sous le souvenir en particularité.

Lorsque les acteurs étaient prêts, en tant que réalisatrice je demandais à l’un d’eux de jouer à pierre-feu-et-ciseaux avec moi, celui qui perdait devait choisir une carte colorée pour présenter son état émotionnel à ce moment là ; et en retournant la carte il découvrait le mot qui s’y trouvait. En même temps, celui qui avait gagné au jeu devait prendre une photo du perdant à l’aide du téléphone portable, tous les participants pouvaient observer la scène. Parallèlement, tout était enrigistré par une caméra mini DV.

L’objectif de ce jeu est de montrer les réels sentiments humains des joueurs qui en même temps révélaient dans la photo ce qu’ils étaient, mais l’exactitude de leur expression changeaient de temps en temps au hasard de leur connaîssance et de leur conscience sur la couleur et sur le mot.

Je dispose le projet en triptyque : le 1er suit la chronologie du jeu entre couple, le 2ème est disposé selon les regards des portraits c’est-à-dire que le premier portrait regarde dans la direction du second, qui regrade dans celle du troisième, etc. Et puis, les photos sont organisées dans une salle d’exposition comme s’il s’agissait de masques de théâtre grecque installés au mur. Pour finir, le 3ème est une vidéo qui fonctionne aussi comme une forme de mise en abyme pour les spectateurs. En effet, ils peuvent également voir les modèles en train de jouer à un jeu et se faisant prendre en photo par l’intermédiaire d’un téléphone avec un public tout autour.

actrice 發表在 痞客邦 PIXNET 留言(0) 人氣()